Liste de préparations présaison pour le uplander

Pour les fous de la chasse upland les mois d’été sont long longtemps. Nous avons donc préparé une courte liste de choses à préparer avant l’ouverture pour s’assurer une saison agréable mais aussi pour faire passer le temps avant le grand jour.

1. J’ai souvent entendu et répété le dicton qui dit, c’est en marchant que l’ont récolte des gélinottes. C’est pourquoi le premier point de la liste traite de chaussures. Il est important de ne pas oublier de cirer ou huiler ses bottes, ou si elles sont neuves de les casser en les portant plusieurs heures dans la maison ou au travail pour être certain qu’une fois le jour venu vous serez confortable durant une journée complète de chasse. Je crois sincèrement que c’est une des choses les plus importantes, être confortable dans ses bottes et pouvoir marcher de longues heures sur des terrains pas toujours faciles et très souvent mouillés. Personnellement je n’aime pas les bottes de caoutchouc à cause de leur manque de support. Je chasse très souvent sur des terrains accidentés, j’opte donc plutôt pour une botte de cuir lacée ou pour le modèle classique L.L. Bean hunting shoes quand c’est trop trempé. Sur la L.L. Bean le bas de la botte est fait en caoutchouc, mais le haut est en cuir et elle se lace, donc assure un bon support. Je traite le cuir de mes bottes avec une cire à chaque début de saison pour lui redonner sa souplesse et une certaine imperméabilité. C’est simple, on frotte bien la botte sur le cuir et les coutures avec la cire et on laisse pénétrer. Ensuite on frotte pour enlever l’excès avec une brosse ou un chiffon. Plusieurs compagnies offrent des bottes de cuir spécifiquement pour le upland mais une bonne botte de marche assez haute fait tout aussi bien l’affaire. l’important c’est le confort, l’imperméabilité et la durabilité.

Bottes l.l.Bean

2. Le fusil de chasse, notre outil. Qu’il soit à pompe, automatique, juxtaposé ou superposé il doit faire parti de nous, nous devons bien le connaître et être à l’aise quand on le manie. Bref il faut se pratiquer, c’est pourquoi quelques rondes de skeet durant l’été ne font pas de tors. Ou au moins quelques sessions d’épaulées à la maison, en s’assurant d’être sécuritaire et que le fusil ne soit pas chargé bien sûr. Il faut aussi s’assurer que le fusil a bien été nettoyé et huilé avant son entreposage hivernal et qu’il est toujours en bon état. Durant la période morte, vous pouvez aussi en profiter pour visiter votre armurier et faire refaire les bois, le bleu ou mettre une nouvelle arme à conformité.

3. La forme physique. Je parle de la nôtre, mais aussi de celle de notre compagnon canin. Les journées d’automne seront beaucoup plus plaisantes si on arrive sur le terrain de chasse prêt physiquement à marcher de longues heures. Personnellement j’opte pour la course à pied, je cours depuis plusieurs années et quand arrive la période de la chasse je suis content d’être un coureur. Vous pouvez même jogger avec votre chien pour garder celui-ci en bonne forme. Certains optent pour la marche ou le vélo, c’est aussi possible de faire courir son chien à vélo. Voici une vidéo intéressante sur le sujet :

4. La veste de chasse. C’est aussi notre sac à dos sur le terrain. Elle doit être confortable, assez ample et souple pour nous laisser épauler le fusil rapidement et elle doit être orange et bien visible pour être conforme à la loi. Selon mes critères la veste doit être dotée d’une gibecière à l’arrière, avoir de bonnes poches de chaque côté avec des anneaux pour tenir les cartouches et pouvoir y avoir accès rapidement. J’aime aussi quand on peut facilement y transporter une bouteille d’eau ou encore mieux quand le système Camelback y est intégré, car on peut s’abreuver en gardant nos deux mains sur le fusil. Dans mes poches de veste, je transporte une boussole, un couteau, mes gants, des allumettes, des pinces, une petite lampe de poche et mon téléphone. On peut y accrocher sifflets et manettes pour le collier du chien, certaines vestes viennent même avec des pochettes et sangles prévues à cet effet. Avant la saison on peut en profiter pour nettoyer, recoudre ou traiter sa veste si elle est en toile cirée pour redonner de l’imperméabilité, mais surtout s’assurer que tout ce qu’on aura besoin est en place dedans.

5. Les vêtements techniques. Les mots d’ordre sont couches synthétiques ou laine de mérinos. Oubliez le coton, pour rester au sec et repousser l’humidité il faut que ce qui touche ait votre peau soit fait d’une fibre synthétique comme le polyester par exemple. Il existe aussi des sous- vêtements en laine de mérinos qui sont hautement performants et garde bien au sec, j’ai essayé ceux de Patagonia l’an passé et je suis accro. Je choisis aussi des chaussettes en mérinos ou qui contiennent un certain pourcentage de laine de mérinos, c’est incroyable comme elles aident à garder les pieds secs et assurent un confort sans humidité dans les bottes. Un bon choix de pantalon confortable et résistant est aussi judicieux. Dieux sait que nous devons souvent marcher dans des couverts denses, enjamber des souches d’arbres et passer au travers de buissons épineux. Il se fait une multitude de modèles de pantalons et de chaps de upland qui protègent bien le devant des cuisses et jambes. Certaines compagnies optent pour le coton ciré d’autre pour un nylon épais ou Cordura, les deux sont très efficace. Ne pas oublier un bon manteau imperméable pour les jours de pluie. Je n’ai encore rien vu de meilleur que le GORE-TEX 3L (3 couches). Ultra léger, résistant, le tissu respire et expulse l’humidité, empêche l’eau de pénétrer à 100 % et coupe le vent. Plusieurs compagnies de plein air en font de bons modèles, certaines compagnies de vêtements chasse aussi. Ce n’est pas donné, mais ça fera partie de votre équipement de chasse et de votre vie de tous les jours pour plusieurs années. Et pas obligé de le choisir de la couleur orange éclatant, car on peut très bien le porter sous la veste de chasse. La coquille GORE-TEX ou shell en anglais, est l’imper parfait, on peut aussi porter une veste isolante en dessous en hiver ou quand il fait plus froid.

6. La boite à outils. Un sac ou un caisson de plastique contenant tout le matériel qui peut nous servir durant une sortie ou un voyage de chasse. Par exemple, je garde toujours dans ma boite des sacs Ziploc, ciseaux, couteau/crochet pour éviscérer le gibier, munitions de différents types, outils pour étrangleurs, lampe frontale, vêtements de rechange, cartes géographiques, et une trousse de premiers soins pour nous et une pour les chiens.

Si vous croyez avoir tout préparé et etre pret, alors nous vous souhaitons à tous une super saison de chasse et d’ici là allez acheter vos permis, un bon magazine de chasse et relaxez en pensant que le temps passe toujours trop vite.

Bonne chasse!

Submit a comment